J-Yes

Pavarotti a dit : « Nul n’a besoin d’un cerveau pour écouter de la musique. », c’est pourquoi je me suis permis de participer au Outsid’IN Festival de Fléron. C’est là que je l’ai découvert ! Celui qui m’a donné envie d’écrire cet article ! Il s’agit du Liégeois, Jean-Sébastien Nemayechi, plus connu sous le pseudonyme de J-YES.

Dubitatif, j’attends le concert de cet artiste que je ne connaissais absolument pas. Je le vois s’avancer, seul, face à son public. Je me questionne sur ce que ce jeune musicien peut nous offrir. Entouré d’une guitare électrique et d’une acoustique, J-Yes commence sa première chanson. Et je suis subjugué par ça voix intensément chaude. Non mais, ce mec groove ! Sa voix et son jeu de guitare se marient à la perfection. J’entends quelques reprises, mais surtout de belles créations comme « TICK TICK SONG » et « WHEN YOU SET ME FREE ».

Il s’est inspiré d’artistes comme Keziah Jones, Ray Charles, David Bowie, James Brown ou encore les Artic Monkeys. Ce mélange de styles se caractérise comme de la «Soul-Pop». D’habitude, ce genre musical ne me passionne pas beaucoup, mais là, j’ai vraiment bien accroché.
Le point fort de J-Yes est d’avoir créé un univers sans artifice, il va à l’essentiel. C’est le meilleur moyen de dévoiler l’authenticité de sa musique.

Il faut indéniablement aller voir les artistes sur scène, car écouter de la musique, c’est bien, la vivre, c’est encore mieux.

Musicalement vôtre.

Malik Malki

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire